Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 07:51
Je l'aimais
Et pourtant, combien de fois
Je lui ai craché ma haine au visage!
Dans ces moments intenses où
Nous défendions nos idées.
Esprit de contradiction, ou rejet de son comportement
que je jugeais trop bourgeois, trop "colonialiste"?
Nous étions souvent en conflit.
Face à ma hargne d'être incomprise,
Je ne trouvais qu'amour et patience.
Parfois nous étions presque d'accord,
sachant que le vie me ferait réviser mes jugements
ses mots:"garde l'esprit ouvert, ne refuse pas les choses".


Je l'aimais
Petite, je lui écrivais
mon premier poème
aux rimes incertaines
et à l'orthographe phonétique.
Je jalousais ceux qui l'approchaient, enviais sa faconde, moi la timide.

Je l'aimais
En cette période d'été, où les familles
se réunissent autour d'une belle table
Je ne pense qu'à son absence!

Je l'aimais
Pourtant, les rares Noëls passés ensemble
N'ont pas été gais.
Solitaire, cet être n'était pas fait pour les fêtes exubérantes
Mais pour les tête-à-tête pleins d'amour
Même à des milliers de kilomètres, si vous saviez comme par la pensée
je sentais sa présence chaque année!

Je l'aimais
Jusqu'à le fin de sa vie, son esprit lucide
S'inquiètait du confort de chacun,
Et pourtant
Comme ils étaient nombreux, mouvants, et différents, ses descendants!
Ses proches non plus n'ont pas été oubliés.
Son ouverture d'esprit et son intérêt pour des gens de tous horizons différents,
Sa disponibilité et sa capacité d'aimer
Ont forcé l'admiration.
Si vous saviez son souci de présenter, même dans la douleur ultime,
Son meilleur visage, sa plus belle coiffure,
Au prix d'efforts que vous jugeriez faramineux.
Oui, c'était une Femme.
Je l'aimais
Elle me manque

Le 23 septembre 2008, pour la première fois de ma vie,
Elle ne m'a pas écrit, pas téléphoné,
C'était le plus triste de mes anniversaires.
Maintenant, il me faut accueillir, rire, sourire,
Vivre les Noëls avec courage,
Comme elle les a vécus avec toujours en tête les absents.

Alors, vous qui l'avez encore,
Vous qui pouvez lui parler
Vous qui me lisez, ou vos proches, à qui vous en parlez,
Que vous ayez des maladresses à lui pardonner,
Ou à vous faire pardonner,
Que vous soyez maintenant en bons termes ou fâchés, qu'importe!
Dites-lui que vous l'aimez!
Dites-lui, même si elle le sait.
Ne soyez pas timides
De loin, de près, par des fleurs ou un mot,
Par une caresse, ou un sourire,
Dites-lui.

Maman s'est éteinte tout doucement, comme une bougie,
Elle faiblissait de mois en mois, et moi qui côtoyais des mourants dans mon métier,
Jamais je n'ai voulu admettre que ma propre mère allait cette fois-ci décéder,
elle à la santé si fragile, que nous avions failli perdre si souvent.
Pourtant, elle savait exactement quand...
Lucide et aimante, jusqu'au bout.

Beaucoup se réjouissent de ces fêtes de Noël,
Mais certains d'entre vous ont perdu un enfant
Et disent, en connaissance de cause,
que rien n'est plus douloureux,
Qu'aucune peine n'est plus difficile à faire comprendre, à réconforter.
Je les crois et je compatis.
Mais consolez-vous un peu en vous disant que cet enfant que vous avez perdu
au moins ne souffrira pas à l'heure de votre mort.
C'est un beau cadeau (involontaire) que vous lui faites-là.

Je l'aimais
Je me sens perdue,
comme un nouveau-né.
Plus personne ne saura absolument tout de moi.
Pourtant, j'ai la parole facile, des amis intimes, un mari, des enfants.
Seule une mère aime son enfant, quels que soient ses actes, ses paroles,
Seule une mère n'attend pas des résultats, des performances ou des actes de sa part
Pour aimer son enfant.
Sans le juger.


Je l'aimais et je l'aime.

Merci Maman


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ad'a 31/07/2010 18:18



Aude,


je me suis permis


de donner un écho


à ta si touchante lettre


sur l'Ephémère.


Bonne journée.


Ad'a


http://lescheminsdel-ph-m-re.over-blog.com/article-decooooovertes-14-pistes-50536740.html



makadame06 18/07/2010 23:40



bonsoir...c'est trés émouvant ce que tu dis je me retrouve un peu dans ton texte,maman est partie il y a 9 ans ce jour là tu réalises que le cordon est vraiement coupé...j'ai perdu mon frère il y
a 4 ans( crise cardiaqueà 54 ans)mais aprés la vie continue...tu n'as pas le choix!


bonnes vacances à toi  gros bisous 


 



doudoue 15/07/2010 20:13



je suis désolée Aude, ça fait un bout de temps que je n'étais pas passée faute de temps et je n'ai donc pas vu ce message !


je pense beaucoup à toi !


ton texte est très beau 


baiser



Ecureuil bleu 15/07/2010 14:24



Comme c'est beau et émouvant ! J'ai écrit le même type de poème à ma maman et l'ai déposé dans son cercueil, mais c'étaoit bien trop tard et de son vivant je ne lui ai pas assez dit et elle non
plus. Alors avec mes fils je leur dis très souvent comme je les aime ! Bisous



Va l'r 14/07/2010 09:47



Tu exprimes fort bien des sentiments si profonds et si douloureux...



Knorra 09/07/2010 13:50



Tu as raison. Il faut profiter des personnes tant qu'elles sont là.


C'est trop dur quand on perd un être cher.


Je suis de tout coeur avec toi.


Bizoux



gene 05/07/2010 23:51



un bel hommage très touchant , mais aussi une grande soufrance . bisous



Françoise58 05/07/2010 08:40



je comprends ta peine, d'autant que j'ai perdu ma mère au mois d'octobre dernier. Gros bisous



lulupo 05/07/2010 08:37



Tout simplement merci pour ces mots qui jaillissent du coeur.



Francoise58 10/06/2009 12:54

bah c'est malin d'écrire des choses aussi belles et aussi prenantes, maintenant je pleure comme une madeleine. Tu as tout à fait raison, il faut profiter des gens que l'on aime le plus possible et ne pas faire attention aux petits tracas que cela nous occasionnent parfois, ce sont des détails qui plus tard nous paraitront bien futiles. Moi j'ai perdu mon père il y a 42 ans déjà et il me manque encore, pour toutes ces choses de la vie que je n'ai pas pu partager avec lui. Bisous

Terrienne 10/06/2009 13:49


Je te trouve formidable.


Azalais 08/06/2009 23:49

c'est un texte très très émouvant et il faudrait que tes mots germent chez beaucoup d'entre nous!
bises

Terrienne 10/06/2009 14:08


Ma mère était très émouvante...


CricriCat 08/06/2009 23:17

J'en ai les larmes aux yeux, Terrienne. Je suis vraiment touchée par ton histoire. C'est vrai qu'il faut dire aux êtres chers qu'on les aime quand ils sont encore là. Si tu savais comme je te comprends, Terrienne. Je n'ai pas eu le temps de dire à ma maman que je l'aimais, elle est partie, j'avais 11 ans. C'est une blessure qui restera ouverte toute ma vie. Je pense à elle très souvent et elle me manque terriblement. C'est ma grand-mère maternelle qui m'a élevée et avant qu'elle ne parte à son tour, je n'ai pas eu le temps non plus de lui dire "je t'aime" et là c'est une seconde blessure qui ai venue se rajouter. Je n'en parle jamais, je ne laisse rien voir, c'est au fond de moi. Plus personne ne saura absolument tout de moi, c'est vrai Terrienne. Je te souhaite une douce nuit. Bisous. Cricri

Terrienne 10/06/2009 14:19


Oh Cricri, je suis contente que tu aies sorti ton émotion. C'est bon de trouver des déclencheurs à ses émotions, des clés qui ouvrent les portes de nos larmes ou de nos rires.
Ce que tu me dis de ta vie m'émeut beaucoup.
A 11 ans, aucun enfant n'est capable de voir que la vie peut s'arrêter.
Et à cet âge tu avais sans doute mille et une façons de dire je t'aime à ta maman, sans les mots, juste par ton regard ou tes gestes.
Pour ta grand-mère, c'est plus difficile pour toi sans doute, de te dire que tu as été trop pudique pour lui dire ton affection à un âge où tu pouvais réaliser comme la vie est éphémère.
Je ne suis pas croyante, mais peut-être l'es tu et dans ce cas ta grand-mère sait que tu le regrettes.
Autrement, il y a des forces et des échanges entre morts et vivants que nous, gens trop citadins , avons occulté. Il faudrait faire un travail comme les indiens d'amérique pour rétablir ces
contacts psychiques.
Je ne sais pas.
Le principal, pour toi, c'est de dire je t'aime aux gens qui sont autour de toi, d'apprendre à dire je t'aime à tes enfants, tes proches.
Mais c'est pas facile tous les jours.
Bonne journée, avec le sourire.


Arlette 08/06/2009 22:24

Un texte bouleversant dont chaque mot pénétre au plus profond de moi .
Je comprends parfaitement ton message et j'aimerai pouvoir dire que j'y souscris de tout coeur .
Ne pas être aimé par une mère reste toujours une blessure qui ne guérit jamais tout-à fait ! bises

Terrienne 10/06/2009 14:21


Merci pour ton témoignage.
Certaines mères n'ont aucune idée de la façon dont on peut dire je t'aime, n'ont pas les références normales -toute mère a été un enfant plus ou moins traumatisé- pour se comporter en mères
aimantes.
Il faut les plaindre car ça doit être la plus grande blessure de leur vie.


Louly+cot+cot+cot 08/06/2009 21:40

très beau texte ! vraiment touchant !!! bisous !

Terrienne 10/06/2009 14:22


oupff je suis un peu baba de ces réactions si émouvantes, merci ! c'était juste mon cri du coeur.


virjaja 08/06/2009 16:09

quelle émotion!!! c'est la deuxième fète des mères depuis que Maman nous a quittée, cette année on est partis, pas pu aller au cimetière...trop de tristesse, je n'y suis allée qu'aujourd'hui.
pour la fleur d'hortensia, tu la laisse dans le vase jusqu'a ce qu'il n'y ai plus d'eau dedans, et la , normalement, elle devrait avoir séchée... gros bisous. cathy

Terrienne 10/06/2009 14:30


Je comprends. Moi, par contre quand je vais au cimetière je suis tout à fait détendue, comme si papa et maman étaient encore en pleine vie. C'est leur maison que je ne supporte plus depuis qu'il
n'y a plus leurs odeurs (maman sentait toujours les huiles essentielles), leur présence.


Armide 08/06/2009 13:22

Beaucoup d'émotion exprimée (je crois me reconnaître). Un texte bouleversant. Une ode à l'amour. Merci !

Terrienne 10/06/2009 14:33


je n'avais pas le choix, il fallait que ça sorte de moi, il fallait que je l'écrive pour exorciser un peu ma solitude, ma peur, ma détresse.


Domino 08/06/2009 13:10

très joli texte , je suis d'accord , pour une mère rien ne compte plus que ses enfants ( pour les "vraies mères" ) celles qui font passer leurs enfants avant tout , car il y a des mères pour qui leurs enfants sont indifférents ! moi j'ai tpoujours été plus mère que femme ( ma mèrebeaucoup plus femme que mère , d'ailleurs elle ne la pas désiré elle ma la dit ) elle ne ma jamais dit " je t'aime " et moi non plus et ne lui dirai jamais quoiqu'il arrive , je l'ai dit beaucoup de fois à mes enfants qui me le disaient aussi ! même encore maintenant
bisous

Terrienne 10/06/2009 14:37


Domi je suis émue par ton message. Je pense que l'amour maternel n'est pas une chose automatique et facile. Une mère c'est aussi une femme, avec son caractère personnel. Et ce caractère peut faire
qu'elle va savoir mieux dire ou montrer son amour à un enfant qui a les mêmes valeurs qu'elle et moins bien à un autre enfant qu'elle ne comprend pas du tout.
Comme je l'ai dit plus haut, je suis sûre que c'est la plus grande douleur d'une mère de ne pas savoir communiquer son amour à ses enfants.
Avec le deuil de son enfant.


gazou 08/06/2009 11:31

C'est un hommage très émouvant et sincère..Merci de nous le faire partager !

Terrienne 10/06/2009 14:38


Il fallait que ça sorte, irrépressible envie de laisser les mots se précipiter sur le papier. merci!


porcelaine 08/06/2009 10:35

Très beau poème, tu as vraiment un don. Aimer et écrire vont si bien ensemble. Continus, car si je ne rajoute pas toujours un commentaire, je te lis.
Bises

Terrienne 10/06/2009 14:25


Grands mercis Porcelaine. Je ne sais pas rimer, ce serait un plus beau texte si c'était en vers... mais en fait j'aime pas trop lire les poèmes. Je n'ai pas de don particulier, là c'était vraiment un cri du coeur.


agathe 08/06/2009 10:00

merci terrienne c'est tellement beau
je t'embrasse des tonnes de fois

merci pour ton com plein de sagesse

Terrienne 10/06/2009 14:39


Avec plaisir, tu le sais Agathe.


Moqueplet 08/06/2009 09:45

très joli poème, ah si jeunesse savais.....c'est la vie, mais c'est vrai quand un être cher n'est plus là il nous manque...passe une belle journée

Terrienne 10/06/2009 14:40


Merci Moque, mais je ne sais pas écrire des poèmes, j'ai juste écrit ce que j'avais sur le coeur.


p'tite+fee+nougat 08/06/2009 08:56

je ne connaissais pas ce poème, tellement vrai, merci

Terrienne 10/06/2009 14:41


Contente d'avoir écrit un texte qui te parle. Je n'ai pas réfléchi à mes mots, ils me sortaient tout seuls des doigts sur le clavier.


nini 08/06/2009 08:55

superbe poeme, bravo a toi.
bonne journée

Terrienne 10/06/2009 14:42


Merci Nini à bientôt!


Littorine 21/05/2009 09:26

Je viens de lire ton acte d'amour vis à vis de ta maman ! Wouah ...elle est toujours là , elle est toujours présente puisque tu la fait vivre, elle est juste de l'autre côté du miroir. Elle ne t'attend pas. elle veut juste que tu sois heureuse et qu'a ton tour tu sois, plus qu'elle, une vraie maman qui éléve ses enfants voir ses petits enfants. Gros bisous ma belle!

Terrienne 25/05/2009 00:59


Ben finalement, tu vois, la mort efface les trucs un peu pénibles de la vie quotidienne avec une personne, elle ne laisse que les souvenirs marquants de la vie du défunt.
Et du coup souvent on a l'impression que la personne morte est encore plus présente que lors de sa vie. il m'arrive encore de prendre mon téléphone et de vouloir lui parler.
Je sais pas si je m'exprime bien?
Et puis, le temps passant, on arrange le mort à la sauce qui nous convient le mieux, on l'embellit ou l'enlaidit, selon les problèmes qu'on n'a pas su évoquer et régler de son vivant avec
lui/elle.
C'est pour cela qu'il faut apprendre à pardonner du vivant des gens.
Je ne me souviens jamais qui a dit: pardonner c'est devenir adulte.
Je ne sais pas si je suis une bonne mère.
On reproduit toujours inconsciemment ce qu'on a vu, entendu toute son enfance, on corrige le tir plus ou moins bien, avec plus ou moins d'acuité.
J'essaye d'être une mère lucide, mais parfois j'ai du mal.
Merci en tous cas.


peal 02/03/2009 11:36

très sensible à tes mots, je te remercie de m'avoir guider à mieux te découvrir

Terrienne 02/03/2009 11:57


Avec plaisir Peal. Et maintenant que tu as posté sur mon blog, je te retrouverai plus facilement. Bonne journée.


M@rie 08/01/2009 01:10

bonsoir terrienne, et merci un peu tardif pour ces mots dans cet article sur ta maman. Comme toi, je dis souvent que c'est pas la peine d'attendre d'apprendre que quelqu'un est atteint d'une grave maladie pour s'en occuper? C'est toutes les minutes qu'il faut dire et communiquer. Ce n'est pas donné à tout le monde. c'est le pourquoi de mon blog. Le partage aussi. Encore merci de ton texte qui situe bien l'amour filial. Tu as fait de ton mieux et l'heure était venue pour elle. Dors bien. m@rie

Agrippine 31/12/2008 12:40

Très touchée...
Ma maman est morte cela fait 13 mois et il ne se passe pas un jour sans que je ne pense à elle, à sa douceur, à son amour pour nous, ses enfants. Mais cela faisait 12 ans que la maladie d'alhzeimer la rongeait, ce qui nous a plongés dans un tourbillon de souffrance sans nom. Elle avec. Elle se rendait compte et souffrait de ses pertes de mémoire, de ne plus pouvoir converser, de ne plus trouver un seul mot à la fin.
Ton message d'amour à ta maman est merveilleux et les conseils que tu donnes tellement vrais ! Ne pas attendre, dire que l'on aime, répéter et dire encore.

Maous Artiste Défiant l'Olibrius 27/12/2008 12:02

C'est agréable de lire une si belle ode pour une mère.
Je chéris la mienne car nous sommes toujours très proches malgré les kilomètres qui nous séparent.
A bientôt. MA

chris . 24/12/2008 22:29

vraiment superbe
!tu me touche beaucoup que d'amour et de tendresse merci de partager avec nous
big bises bonne fêtes a bientôt chris
bizzz

horizon 24/12/2008 14:06

Ce qui est difficile, ce n'est pas de mourir, c'est...de ne plus vivre...
Ce qui m'est difficile, c'est dire à mes proches que je les aime...à mes enfants, à ma mère, à une femme...toujours cette pudeur !
Comme aurait dit Soeur Emmanuelle : Yallah !
" En avant, avec tout notre coeur !!!!"
Bonnes fêtes Terrienne !!!!!

malb 24/12/2008 12:17

Quel beau texte...à tout âge dire toujours son amour...ne pas hésiter à le dire...à le montrer par des actes..j'ai mis des années à le dire à maman que je l'aime...nous étions souvent en conflits...et c'était mon père qui nous a materné...j'avais 25 ans quand il est décédé...mon fils l'a rejoint il avait 20 ans...il vivent en moi et m'apportent au quotidien de la force...et m'aident à voir que la vie est belle...
Même si en cette période j'éprouve toujours un passage à vide...je m'attache encore plus à voir les petits bonheurs de la vie, de la nature...
A voir les mots que tu m'insufles...merci beaucoup Terrienne...
Ce soir des photophores en ribambelle sur toutes les fenêtres pour tous ceux qui nous ont quittés, pour tous ceux qui souffrent...voila ce qui est prévu...
Bon si je me mettais aux préparatifs...je ne serai jamais prête..
Et ils nous accompagnent en ces moments de fêtes...leur présente est différente..
Bisous
Joyeux Noël..
Michèle

Annmary 24/12/2008 10:45

Quelles belles paroles tu as écrites là ! Je te comprends, ô combien ! Ma maman m'a quitté il y a 14 ans et mon papa il y a à peine plus d'un mois... Alors, oui tu as raison de dire qu'il faut aimer et dire que l'on aime tant que la personne est là mais ne jamais oublier de le dire non plus lorsqu'elle a quitté notre monde, pour en rejoindre un autre, tout à côté de nous, j'en suis sure... Penses fort à ta maman ce soir, elle sera là...

nath 24/12/2008 10:00

ces lignes me bouleversent et me parlent , j'ai perdu maman voila 9 ans , elle avait 48 ans et moi 25, papa m'a aussi quitté voilà 3 ans et je me retrouve orpheline de mes parents; une maman çà represente tellement, c'est inimaginable la douleur, le manque; qui ne s'en vont jamais vraiment; dans ces periodes de fetes , on ne peut oublier ces moments passés et à jamais gravés.... je t'aime maman : oui a jamais
bizzzzzzz ma belle

createrres

bonne-annee-2015.png

Merci pour votre commentaire !

Rechercher