Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 19:40

.SoleilFane.jpg  Dans ce livre, la fille raconte sa vie en Belgique et en Amérique où elle est partie après son bac pour continuer ses études. La mère savait que le Viêt-Nam serait abandonné par les USA et qu'elle ne reverrait peut-être pas sa fille. Elle a choisi de rester et de la faire partir. 

Je vous laisse méditer sur ce passage du livre, au moment où la mère, après bien des déconvenues, a finalement choisi et réussi à quitter le Viet-Nam et a rejoint sa fille aux USA.

 


C'est la fille, étudiante, qui parle.

 

"C'est terrible, le silence. Système de protection tous azimuts -de soi, de l'autre, de tout-, il se traduisait dans la bouche de ma mère par le "plus tard tu compredras" qu'elle opposait à mes questions d'enfant. Petite, j'étais impuissante à le briser, puis j'ai appris à vivre avec, et aujourd'hui, je suis tout bonnement en train de m'y engager, de mettre mes pas dans les tiens, Maman.

Mais comment te dire l'évidence: nous ne pouvons pas vivre ensemble. Parce que nous ne l'avons jamais fait. Derrière ton dos, j'ai fait un calcul. J'ai mis bout à bout les morceaux de temps vécus près de toi depuis les vingt-trois années et demie que j'existe, et en tenant compte des mois dans le maquis, je suis arrivée à à peine quatre ans. Que veux-tu, le pensionnat et passé par là, puis la Belgique, et enfin l'Amérique, sans oublier ton exil d'un an au Japon pour pleurer la mort de mon demi-frère.

 

Je ne t'en veux pas, Maman, c'est comme ça. On ne fait pas ce qu'on veut quand son pays est en guerre, disais-tu à ta petite fille pour lui expliquer tes absences, quand cela t'arrivait de le faire, et la petite fille comprenait très bien. Il y avait bien ses lectures d'enfant qui lui apprenaient que la vie pouvait être différente dans d'autres pays, mais alors, elle se disait: "Bah, c'est Ailleurs, c'est forcément différent d'ici Ailleurs !"

Ailleurs, nous y sommes, mais rien n'a changé. Il n'y a pas d'Ailleurs pour ceux qui n'oublient pas, pour toi."

"Soleil fané", par Tuyêt-Nga Nguyên, éditions Luc Pire.

 

C'est un passage que je trouve poignant parce que la fille ne veut pas oublier son pays natal, mais elle refuse de continuer à vivre dans le drame, contrairement à sa mère qui s'est exilée, non pas pour vivre autre chose, mais pour défendre de loin, depuis un pays où on a la liberté d'agir, les opprimés restés sous un régime totalitaire, elle s'occupe aussi des réfugiés (boat people) à leur arrivée aux camps U.S.. 

Ce passage est à la fin du livre. Ce livre décrit l'évolution de la fille, dans les années 1970, son envie de comprendre cette guerre du Viet-Nam orchestrée d'une part par les Français, puis les Américains, et d'autre part par les Soviétiques et les Chinois. Guerre fratricide entre le Nord Viet-Nam et le Sud Viet-Nam. 


Voirici une autre manière de lire ce livre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

écureuil bleu 31/01/2011 20:31



Merci pour le résumé de ce livre. Je viens d'en lire un "Le fils", très émouvant. J'en parlerai aussi...



Aude Terrienne 01/02/2011 09:22



J'attends avec impatience ta lecture, merci.



M'zelle Chocolat 31/01/2011 15:55



Ce livre à l'air vraiment interessant... j'aimerai vraiment le lire!!


Comme tu as du le remarquer j'adore l'Asie.. et ce passage est en effet très poignant.


Merci pour la découverte!!



Aude Terrienne 01/02/2011 09:26



Oui, j'avais cru remarquer ton amour pour l'Asie. 


J'aime les auteurs qui ont quelque chose dans le ventre. Elle n'est pas une chochotte, quel courage.



gene 30/01/2011 23:24



je le note . ça me rappelle l'histoire d'une amie Ké arrivée en 1972 avec le bateau île de lumière . bisous 



Aude Terrienne 31/01/2011 07:54



Je suis contente que tu aies connu cette amie. On ne sait pas tout par les journaux. Parler avec des vrais gens est plus enrichissant. 



Catherine 30/01/2011 19:47



Merci de m'avoir linkée, j'ai beaucoup aimé ce livre.



Aude Terrienne 31/01/2011 07:45



Avec joie, j'aime tes articles la plupart du temps



jill-bill.over-blog.com 30/01/2011 12:58



Merci Aude... Je connais l'auteur de nom pas de livre, en voilà un qui mérite détour par le libraire.... Bizzzzzzzzz



Aude Terrienne 31/01/2011 07:44



Oui, ça change du tout prêt à penser, ça fait réfléchir.



Benissa 30/01/2011 10:51



Je suis allée lire l'autre critique et, décidément, je le lirai si je le trouve!



Aude Terrienne 31/01/2011 07:43







soledad 29/01/2011 20:30






On aurait dit un jour d’été, et pourtant nous sommes


toujours en janvier… En cette fin de belle journée,


je te souhaite un bon week-end. Bisous


 Ce qu'on appelle des dommages collatéraux, 


mais des dommages à jamais, irréparables...


Triste vie parfois...


 



createrres

bonne-annee-2015.png

Merci pour votre commentaire !

Rechercher