Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 19:41

automne2008-053.jpgSi vous hésitez et ne savez pas quelle région visiter, relisez ce poème:

 

Léon Cladel :


EN QUERCY, L’ÉTÉ



La campagne éclatait, embrasée ; et les blés
Jaunis succombaient sous leurs épis d’or brûlés ;
Il faisait un août à racornir les arbres,
Les cieux semblaient plaqués de pierres et de marbres,
Rien ne bougeait en haut, rien ne bougeait en bas,
Et si tout respirait, on ne l’entendait pas ;
Empourpré, le soleil allongeait en silence
Ses grands dards trisaigus comme des fers de lance,
Et le sol, assailli de toutes parts, fendu,
S’ouvrait aux rayons chauds comme le plomb fondu ;
Pas d’air ; à l’horizon d’immenses prés, dont l’herbe
Ourlait une forêt immobile et superbe ;
Un grand fleuve arrêté, comme s’il était las,
Réverbérant du ciel les splendides éclats ;
Et plus loin, dévoré par les baisers de l’astre,

Un mont, dans la lumière ; un mont, tel qu’un pilastre ;
Un mont qui, sous la voûte en feu du firmament,
Flamboyait, chauve et nu, dans le rayonnement
Immense des cieux.
 Or, étendu sous un orme
Dont le soleil trouait la frondaison énorme,
Je regardais la roche âpre, chauffée à blanc,
Corrodée à la cime et corrodée au flanc,
Et, sous elle, l’abîme intense de la plaine
Avalant tout le feu dont la nue était pleine ;
Et je voyais flamber dans le miroir de l’eau
Les cheveux du soleil et les bras du bouleau ;
Mais, si loin que mes yeux lassés pouvaient s’étendre,
Rien de vert, rien de doux, rien d’ombreux, rien de tendre
Ne se montrait parmi l’irradiation
De la nature, tout entière en fusion.
Nul souffle. Aucun bruit. Rien ne remuait. Les terres,
Au nord comme au midi, rutilaient, solitaires
Sous ce ciel implacable et empli d’un éclair,
Qui n’avait pas de trêve et qui dévorait l’air.
De ses langues de feu l’élémentaire flamme
Ardait tout, m’arrivant, subtile, jusqu’à l’âme,
Et je croyais qu’en proie à cet ardent baiser,
J’allais m’évanouir et me vaporiser ;
Et qu’altérés, chauffés au point de se dissoudre,
Incendiés, noircis, calcinés, mis en poudre,
Ravins et mamelons, encore tout fumants,
Se désagrégeraient sous ces cieux incléments ;
Et déjà je pleurais, hélas ! sur nos vallées…

Sur ma vallée autour de laquelle, empilées,
S’étagent dans l’azur des crêtes de granit,
Où l’aigle farouche a ses petits et son nid
Royal !
 O joie !…
 Émus, les cieux impérissables
Se mouillent tout à coup, et, sur l’éclat des sables,
Mille atomes d’or pur, par un souffle enlevés,
Miroitent en dansant dans les airs avivés.
En vain le grand soleil agrandit son cratère,
Les gramens, les gazons ondulent sur la terre :
Avoines, blés, maïs, redressent leurs cheveux,
Et le saule, oscillant sur ses orteils baveux.
Incline vers les eaux sa difforme ramure
Où le vent, revenu, pleure, rit et murmure…
Tout renaît et palpite, et tout, monts, plaines, eaux,
Se meut ! Yeuses, sapins, houx, chênes et roseaux,
Les grands bois font sonner leurs cimes inégales ;
Et l’on entend des chants incertains de cigales
Et mille bruits charmants errant par-ci par-là :
Soudain, — j’en pleure encore, — un brave oiseau parla
Dans un arbre !

 

Un peu plus sur l'auteur : clic  là: Léon Cladel

Repost 0
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 11:21

DSC00850.JPG Les jours de pluie, c'est la crise du logement dans le Lot ;-)

Entre ceux qui veulent finir les volets (faits par Terrien de A à Z)...

DSC00852

... Ceux qui s'exercent au tir à l'arc...

Ceux qui épluchent les fruits des confitures...

DSC00851

Et la place qui prend le roi des lieux, j'ai nommé Monsieur Tracteur...

DSC00853.JPG

 

Là où on est vraiment forts, c'est que aucune particule de peinture ne s'est retrouvée dans la marmite de confiture, aucune flèche n'a percé les roues du tracteur et aucune prune ne s'est retrouvée dans les gonds des volets... 

 

_________________________________________________________________________________________________________

C'est mon dernier article avant mi septembre, je n'aurai plus d'ordinateur à partir d'aujourd'hui.

Je vous rendrai visite dès que possible.

Merci pour tous vos commentaires et visites qui font vivre mon blog.

Je vous embrasse tous, à bientôt !

Repost 0
14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 13:59

DSC00841

Vous pensez que le Lot où je passe l'été est paisible et qu'il ne s'y passe rien?

Détrompez vous, ce n'est pas qu'au niveau des températures que c'est calienté !

DSC00842

Quoi? Vous me trouvez cruelle d'avoir tranché ce bel appendice?

Castratrice, moi?

En plus je les cuis... pour les dévorer...

DSC00840

Eh oui !

Dans le Lot ils font pousser des aubergines blanches avec des zizis en érection en option !

Et savez-vous le plus curieux ? c'est qu'elles sont bien plus délicieuses que les violettes !

 

(ça fait deux fois que j'essaye de publier cet article, ça marche pas...)

Repost 0
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 10:41

abondance Bonjour 

Je viens vous donner quelques news.

La récolte de fruits est bonne, après les cerises en juin, voici le moment de faire des confitures de prunes violettes. Je ramasse, je lave, j'épluche et terrien pèse, cuit et met en pots. J'en profite pendant qu'il est là, après je serai seule pour le faire. Les mirabelles commencent et ensuite ce sera les pêches. 

Au marché dominical, j'achète de délicieuses tomates mûres à souhaits, j'en fais des soupes froides pour le soir. Un régal, je ne vous dis que ça. En plus j'en fais des coulis maison épais qui cuisent des heures au réduit, ceux qui passent par la cuisine remuent un peu de temps en temps.

Bref, tout baigne et j'ai un meilleur été que l'an passé. 

 

Et vous, que devenez-vous?

Merci pour les 14219 commentaires reçus à ce jour.

Repost 0
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 08:50

usa.jpg"C'est le 4 juillet, man, c'est tout, j'ai expliqué.La naissance de la nation et tout ça. On fait la même chose tous les ans, on fait péter le ciel avec des tonnes et des tonnes de feux d'artifice pour qu'on se rappelle toutes les guerres que l'Amérique a gagnées et tous les gens qui ont été tués par la même occasion. C'est comme une putain de danse de guerre, man. On fête la liberté, durement gagnée, de tuer les gens."

Auteur: Russel Banks, titre "Sous le règne de Bone", collection Actes Sud. 

Je vous recommande la lecture de ce livre, très bien traduit par Pierre Furlan.


Repost 0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 18:08

Vous hésitez sur votre lieu de vacances?

Selon le classement de France 2 (télévision):

lot-france.png

Le classement complet :

 

  • 1 : Saint-Cirq-Lapopie (Lot, Midi-Pyrénées)
  • 2 : Saint-Guilhem-Le-Désert (Languedoc-Roussillon)
  • 3 : Barfleur (Basse-Normandie)
  • 4 : Salers (Auvergne)
  • 5 : Yvoire (Rhône-Alpes)
  • 6 : Riquewihr (Alsace)
  • 7 : Beynac-Et-Cazenac (Aquitaine)
  • 8 : Les Baux-De-Provence (Provence-Alpes-Côte d’Azur)
  • 9 : Collonges-La-Rouge (Limousin)
  • 10 : Maroilles (Nord-Pas-De-Calais)
  • 11 : Angles-Sur-L’Anglin (Poitou-Charentes)
  • 12 : Piana (Corse)
  • 13 : Saint-Suliac (Bretagne)
  • 14 : Montsoreau (Pays De La Loire)
  • 15 : Baume-Les-Messieurs (Franche-Comté)
  • 16 : Rodemack (Lorraine)
  • 17 : Gerberoy (Picardie)
  • 18 : Le Bec-Hellouin (Haute-Normandie)
  • 19 : Essoyes (Champagne-Ardenne)
  • 20 : Apremont-Sur-Allier (Centre)
  • 21 : Vézelay (Bourgogne)
  • 22 : La Roche-Guyon (Ile-De-France)

 

Pendant que vous vous promènerez, je vais:

tondeuse  confitures-maison.jpg 

peintre-humour.jpg  sieste

charrier-des-cailloux.gif je charrierai des pierres sous un soleil de plomb (oui, enfin je ferai plutôt ça au lever du jour), on a un tas de cailloux à mettre dans un remblais.

... j'en passe et des meilleures !

 

Repost 0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 18:27

tour-potier.jpg  Pour me "consoler" de ne plus pouvoir me payer de leçon de tour de potier, je suis passée à une autre pédale... 

Comme pour la poterie, plus on appuye, plus ça tourne vite...


 


Vous devinez de quoi je parle ?

A force de voir des reportages télé ou des blogs qui parlent de ça, j'ai eu envie de me lancer dans ... le plastique !

élastiques

Allez, je vous mets sur la piste, là je vous montre la boite de matériel de peinture sur porcelaine que je m'étais confectionné.

pincelier2

A l'usage, le pincelier acheté par ma copine s'est sali. Tout le monde à l'atelier a ce genre de pincelier. Ma copine et moi, nous avons acheté le reste du matériel -pinceaux etc...- en commun, ça nous a coûté moins cher.

couture-l-amie-sincere--jpg

Alors j'ai resorti l'amie "sincère" que ma belle-mère m'avait offert il y a 15 ou 20 ans !

On s'est observées un moment elle et moi (pas ma belle-mère!) et j'ai d'abord cru qu'elle était morte (pas ma belle-mère, elle est adorable), mais en fait quand j'ai changé de prise elle a crié:

"Chouette, depuis trois ans que tu ne m'avais pas rendu visite, je commençais à rouiller dans mon coin ! Qu'est ce que tu as au programme aujourd'hui? On déménage encore et tu vas faire des rideaux ?

- Non, t'inquiète, pas de cartons et de secousses pour le moment pour toi. On va travailler le plastique."

Alors là, autant vous dire qu'elle a fait la tête, mon amie "Sincère" !

Vexée qu'on lui impose une matière si peu noble.

"Allez, sois pas snob, tu vas voir, c'est très à la mode de coudre du plastique. Et puis c'est pas un sac poubelle que tu vas piquer, regarde !"

Quoi, ça vous choque qu'une machine à coudre soit aussi gourmande que moi? Allez, demandez à la vôtre, je suis sûre qu'elle a un mets préféré... fraises ou autres.


pincelier-epingles.jpg

J'avais l'air confiante pour amadouer "Sincère", mais en fait je n'en menais pas large.

Son aiguille serait-elle assez solide pour piquer une nappe ?

Est-ce que j'avais bien pensé toutes les étapes avant de me lancer dans les coutures ?

En fait non, car au fur et à mesure que j'ai fait ce pincelier je me suis rendu compte qu'il y avait une façon plus simple et nécessitant moins de coutures de le fabriquer. Faut dire que la couture et moi, ça fait deux !

 

pincelier avant piqures

Voilà le résultat:

pincelier-fini.jpg

Celui-là sera facile à nettoyer d'un coup d'éponge. Il me reste à y ajouter un ruban -de chocolatier, tant qu'à faire et rester dans la gourmandise après les smarties de ma boite et les fraises du pincelier...- pour le fermer !

Vous trouvez les couleurs un peu criardes? C'est parce que je perds toujours mes affaires, là rouge de chez rouge,, je le trouverai tout de suite ! 

Sur la photo, en dessous du pincelier, vous voyez deux trucs en plastique transparent, si vous pouviez me dire à quoi ça sert sur une machine à coudre, je serais contente.

"Sincère" et moi nous vous souhaitons... bon appétit !

smiley-cuisiniere.jpg

Repost 0
Ecrit par Aude Terrienne - dans Peinture sur porcelaine
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 10:40

oronge-2.jpg

est la lettre vedette cette semaine chez

      Anne-Lise

Voici ses consignes:

 

1-Prénom: le O sera placé en premier

2- Ville: le O sera placé en 2ème position

3- Adverbe: le O sera placé en 3ème position

4- Animal: le O sera placé en 4ème position

5- Fait résultant d'un élément naturel:

(par exemple un truc qui arrive avec l'eau, l'air, la terre etc) [dur dur, j'ai failli abandonner là.]

le O sera placé en 5ème position

6- Objet/Chose: le 0 sera placé en 6ème position

7- Personnage/Célébrité: le 0 sera placé en 7ème position

8- un mot au choix: le O sera placé en 8ème position

(ce sera votre joker pour le truc en plus)

*******

Le truc en plus?

Avec la première lettre des mots trouvés

faire 5 mots de 5 lettres pour les utiliser dans un texte en rapport avec l'été

car aujourd'hui c'est le premier jour de l'été

*******

 

1- O enluminurelympe

2- chartrons bordeaux façade BOrdeaux

abondance.jpg3-  AbOndamment

fausse-fourrure.jpg4-  VisOn (faux, qu'est ce que vous croyez?)

images-copie-1.jpg5- EvapOration (merci Terrien, je ne trouvais rien)

chrono.jpg6- chronOmètre

livres.jpg7- BulawkO (écrivain)

grand-theatre-bordeaux.jpg8- ConcertO

 

Le truc en plus:

 Former 5 mots avec les initiales de nos mots ci dessus.

OBAVECBC ->

Avec , bac, cave, boa, baba

 

Premier jour de l'été. Quel temps pourri ! Au lieu de porter nos robes d'été, nous enfilons des pulls. Avec ma copine Cathy, au lieu de réviser notre bac, nous décidons d'aller faire un tour au zoo.  Il faut dire que nous voulons toutes les deux faire des études de vétérinaire. Malheureusement le zoo est fermé: un boa s'est échappé. Après avoir proposé notre aide pour le retrouver et essuyé un refus catégorique, nous avons acheté des babas au rhum pour nous consoler. Sur le chemin du retour, nous avons vu plusieurs personnes s'affairer à l'entrée de caves inondées à cause des pluies diluviennes. 

 

Bon dimanche à tous !

Pour voir les autres participations, cliquez sur le nom de la communauté, ci dessous: 

Repost 0
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 08:45

ronde d'assiettes alphabet

Notre prof est vraiment sympa, elle est revenue exprès en dehors de ses cours pour cuire un maximum de nos peintures.



Je vous présente donc terminées mes assiettes de l'alphabet terminées: 

Aubergine, Blettes, Chataignes, Figues, Giraumon, Kiwi, Mangoustan, Oronge, Papaye, Quetsches, Vanille.

Le Haricot big borlotto n'a pas trouvé sa place dans le four (mais si vous avez le son, Bourvil l'aura mis à l'honneur pour vous ;-) ! )... ni mon carreau en cours:

dessous-de-plat-bleu-de-chine--a-la-plume.jpg

 

 

 

Je n'avais pas une bonne lumière (où est le soleil?)

quand j'ai fait les photos, les assiettes ont des couleurs plus denses normalement.

 

Bonne journée et bonne route à ceux qui partent en vacances !

Repost 0
Ecrit par Aude Terrienne - dans Peinture sur porcelaine
commenter cet article
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 18:41

été 2012

 

 

 

Je vous souhaite un bel été

et une joyeuse fête de la musique !

été 2012 dessus fleurs blanches

P.S., suite au com de ma copine Lyonnaise,

Je ne pars pas encore dans le Lot, mais un avant goût:

 

 


Léon Cladel :


"EN QUERCY, L’ÉTÉ



La campagne éclatait, embrasée ; & les blés
Jaunis succombaient sous leurs épis d’or brûlés ;
Il faisait un août à racornir les arbres,
Les cieux semblaient plaqués de pierres & de marbres,
Rien ne bougeait en haut, rien ne bougeait en bas,
Et si tout respirait, on ne l’entendait pas ;
Empourpré, le soleil allongeait en silence
Ses grands dards trisaigus comme des fers de lance,
Et le sol, assailli de toutes parts, fendu,
S’ouvrait aux rayons chauds comme le plomb fondu ;
Pas d’air ; à l’horizon d’immenses prés, dont l’herbe
Ourlait une forêt immobile & superbe ;
Un grand fleuve arrêté, comme s’il était las,
Réverbérant du ciel les splendides éclats ;
Et plus loin, dévoré par les baisers de l’astre,

Un mont, dans la lumière ; un mont, tel qu’un pilastre ;
Un mont qui, sous la voûte en feu du firmament,
Flamboyait, chauve & nu, dans le rayonnement
Immense des cieux.
 Or, étendu sous un orme
Dont le soleil trouait la frondaison énorme,
Je regardais la roche âpre, chauffée à blanc,
Corrodée à la cime & corrodée au flanc,
Et, sous elle, l’abîme intense de la plaine
Avalant tout le feu dont la nue était pleine ;
Et je voyais flamber dans le miroir de l’eau
Les cheveux du soleil & les bras du bouleau ;
Mais, si loin que mes yeux lassés pouvaient s’étendre,
Rien de vert, rien de doux, rien d’ombreux, rien de tendre
Ne se montrait parmi l’irradiation
De la nature, tout entière en fusion.
Nul souffle. Aucun bruit. Rien ne remuait. Les terres,
Au nord comme au midi, rutilaient, solitaires
Sous ce ciel implacable & rempli d’un éclair,
Qui n’avait pas de trêve & qui dévorait l’air.
De ses langues de feu l’élémentaire flamme
Ardait tout, m’arrivant, subtile, jusqu’à l’âme,
Et je croyais qu’en proie à cet ardent baiser,
J’allais m’évanouir & me vaporiser ;
Et qu’altérés, chauffés au point de se dissoudre,
Incendiés, noircis, calcinés, mis en poudre,
Ravins & mamelons, encore tout fumants,
Se désagrégeraient sous ces cieux incléments ;
Et déjà je pleurais, hélas ! sur nos vallées…

Sur ma vallée autour de laquelle, empilées,
S’étagent dans l’azur des crêtes de granit,
Où l’aigle farouche a ses petits & son nid
Royal !
 O joie !…
 Émus, les cieux impérissables
Se mouillent tout à coup, &, sur l’éclat des sables,
Mille atomes d’or pur, par un souffle enlevés,
Miroitent en dansant dans les airs avivés.
En vain le grand soleil agrandit son cratère,
Les gramens, les gazons ondulent sur la terre :
Avoines, blés, maïs, redressent leurs cheveux,
Et le saule, oscillant sur ses orteils baveux.
Incline vers les eaux sa difforme ramure
Où le vent, revenu, pleure, rit & murmure…
Tout renaît & palpite, & tout, monts, plaines, eaux,
Se meut ! Yeuses, sapins, houx, chênes & roseaux,
Les grands bois font sonner leurs cimes inégales ;
Et l’on entend des chants incertains de cigales
Et mille bruits charmants errant par-ci par-là :
Soudain, — j’en pleure encore, — un brave oiseau parla
Dans un arbre !"

 

Repost 0

createrres

bonne-annee-2015.png

Merci pour votre commentaire !

Rechercher