Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 08:34

(redif de 2009)Bon, je vous ai déjà dit que je me sentais en sécurité dans les pays asiatiques?
En fait... ça dépend des fois!
Parce que là, j'en menais pas large, je peux vous le dire!
Tout avait bien commencé, pourtant ce jour là:

Paysages fantastiques, arrêt le long de la route pour visiter une habitation troglodyte, avec un pépé qui avait reçu des cartes postales du monde entier, où une nuée de vendeuses de 8 à 88 ans nous ont assaillis, surgissant de nulle part. Moi, les vendeurs comprennent vite que je n'achète rien et ils me foutent la paix, histoire de marchander rapidos avec les autres du groupe. Ça, c'est un avantage de se servir d'un groupe comme bouclier

La route était moyennement rassurante, avec des éboulements de temps en temps, des voitures kamikases qui faisaient des tours de passe-passe pour doubler les bus, aucune ère ou bande d'arrêt d'urgence en cas de panne.
Mais ça, finalement, ça m'amuse plus qu'autre chose.
On longeait une rivière (Fen) et, pour les personnes qui ne savent pas voyager autrement qu'avec un APN vissé sur l'oeil, je comprends que c'était frustrant de ne pas pouvoir s'arrêter pour "immortaliser" ces tableaux. En fait, j'ai bien plus profité du paysage qu'eux, crispés qu'ils étaient à guetter un élargissement de la route pour un arrêt-photo.
Les villages qu'on croisait étaient poussiéreux, pauvres, mais pas miséreux comme dans certains autres pays (Egypte, Sénégal...) que j'ai visité. Les épis de maîs étaient égrenés, puis mis à sécher sur le trottoir.  Les trognons sont séchés pour servir de combustible. Les gens pauvres sont écolos par nécessité. Nous avons traversé un marché, avec des poules enfermées dans des "cloches" en bambou tressé de toute beauté. Je suis sûre que tu te serais régalée, Françoise! Des tas d'étals à même le sol, mais fournis, pas maigrichons comme en Afrique Noire.
Cool.
Seulement ... à un moment voilà le bus qui fait de drôles de manoeuvres et qui finit par s'arrêter. Mamma mià, que c'était beau... jusqu'au moment où j'ai compris qu'on allait vraiment monter dans ce truc là!...

  Ils sont fadas, ma parole, c'est pas vrai! Vous avez vu comment ça tient? Bon ok, d'un côté c'est ancré dans la falaise, mais de l'autre ... gloups. Les perches sont toutes fines. Et puis vous avez vu comme les touristes sont serrés là dedans? Combien on pèse nous tous? Bon, comme j'aime pas me faire remarquer, j'ai rien dit, mais Terrien voyait bien que j'en menais pas large. Pour me motiver (ou pour avoir un dernier souvenir des fois que je meure ce jour là si ça s'écroulait?... et qu' évidemment il soit rescapé, vu que c'est lui qui nous fait vivre tous les 5 hein) il n'a pas arrêté de me photographier pendant toute la visite. En plus, ils travaillent à un barrage à côté et ça faisait des "boum, boum", chaque fois mon coeur sursautait, croyant que nous allions tomber en bas de la falaise!
C'est le seul jour où on a eu froid et de la pluie.
Regardez:

J'aimerais bien savoir ce qui est marqué sur cette stèle!





Pendant qu'on attendait pour entrer, de jeunes enfants engageaient la conversation en anglais avec nous, tout contents de sortir leur vocabulaire. La France est le premier pays touristique pour le moment, mais je vous assure, dès que cette génération sera en âge de travailler, ce sera la Chine le premier pays. Dès leur plus jeune âge (8-12 ans) ils parlent mieux anglais que les français bacheliers! sous l'oeil émerveillé de leurs parents.
 
. 

 

Dans ce monastère suspendu de Xuangkong si (lien), les chinois viennent encore déposer des offrandes et prier, dans de petites salles obscures, où on avait à peine la place de se tourner d'où les photos de mauvaise qualité, en plus des soucis de flashes, mais je voulais vous donner une idée de l'ambiance. La guide nous avait prévenus, les Chinois n'aiment pas attendre et ils ont essayé plusieurs fois de passer les uns devant les autres, tout en sachant que ça bouchonnait de toutes manières après. Moi, je les aurais bien tous laissé passer tellement j'avais la trouille que ça s'effondre! Si vous êtes obèses, ne vous risquez pas là, il y a des escaliers étroits, des échelles de meunier qu'on descend par des trappes, qu'on n'a pas pu prendre en photo vu la presse et vu qu'on préférait regarder où on allait, mais il faut jongler entre la hauteur pour ne pas se heurter le crâne à la falaise, le virage, et les marches étroites.. et glissantes ce jour de pluie! En fait tout seuls, ça serait fantastique et rigolo, mais là j'ai pas trop apprécié, sauf la vue sur les toits tarabiscotés et la campagne brumeuse.

Demain, ça fera un an que j'ai ouvert mon blog ici.
Oups, rectification, merci Littorine, je me suis gourrée de mois, c'est le mois prochain!Merci Flo et merci Alexis.

Lundi la suite de mes émerveillements en Chine!



Repost 0
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 18:10
. Notre guide nationale est maintenant accompagnatrice et secondée par un guide local qui prend en charge toutes les vistes de cette nouvelle région que nous visitons.

Ce guide est notre plus grande déception à propos de l'agence de voyage Eurasia Tours que nous avons choisie. Il est minimaliste dans ses commentaires et à peine compréhensible en français, il est introverti, ce qui n'est pas le top pour un guide.
Autant j'avais plaisir à interroger la première guide et à l'écouter, autant dès que le deuxième guide sort de son texte il est bloqué. Le pauvre, il n'a pas assez l'occasion de parler français, sûrement.
C'est bien dommage, car il aime ce dont il parle. Il ne se lâchera qu'à la fin.
Nous, tellement "conditionnés" par son sérieux et sa timidité, nous mettrons un moment à comprendre que c'est une plaisanterie!

Mais regardez plutôt les photos et régalez-vous!

Ces grottes, entièrement creusées, sculptée, puis stucquées à la main racontenent l'histoire de Bouddha.Lien:Wikipédia Le nombre de sculuptures, les détails, le contraste entre l'extérieur et l'intérieur sont incroyables:



 

Pour vous donner une idée de l'échelle, voyez la photo du bouddha extérieur, le central où Terrien est marqué en noir, à gauche de "Terrien", vous voyez une barrière argentée, de celles qu'on met pour barrer les rues.

 

Le guide local nous disait dans son français hasardeux: "Vous pouvez prendre des photos, le gardien ne regarde pas" et d'un autre côté la guide nationale engueulait ceux d'entre nous qui prenaient des photos... Après le communisme à la chinoise, vous avez la conduite à la chinoise, le tourisme à la chinoise, tout en contradictions... Un chinois s'est fait prendre par le gardien qui lui a fait payer une amende.Précision, avant que vous vous offusquiez: mon Terrien prend ces photos là sans flash!!!


Vous trouverez plein de renseignements sur ce site :Unesco

(redif de 2009)

Repost 0
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 10:27
.S'il y a une chose que j'ai retenue de mes trois semaines en

Chine, c'est qu'ils ne font pas les choses à moitié!

Quand ils décident de lutter contre l'avancée du désert de Gobi, les dirigeants décrètent une journée annuelle pour planter un arbre.
"Geste imité des autres pays", me direz-vous?

"Avec toute la pollution qu'ils génèrent, ils auraient pu y penser avant", diront les autres.
"Ce n'est que l'arbre qui cache la forêt", réagiront les esprits chagrins tentant de masquer leur aigreur par un trait d'humour.


Oui...                                   

Oui mais...
Oui, mais les citoyens chinois participent à leur manière à cette journée de l'arbre: ils n'en plantent pas un, mais autant qu'ils peuvent.
Et ils ne se contentent pas de payer une taxe pour que leurs gouverneurs le fasse planter par des employés.

  Les citoyens vont sur place, se retroussent les manches et vas-y que je te plante un ou deux arbres,ou plus, que je tefasse une diguette autour et que je te le bichonne!

  Le désert de Gobi gagne 10000km carrés par an. Si rien n'est fait, il englobera Beijin dans cent ans. Voir: link

Le long de la route, nous verrons des arbres ( peupliers, trembles, chênes, sapins, beaucoup de lilas d'Inde ou Lagerstroemias, et ce, à perte de vue) différents selon les régions traversées et leurs climats. Ils sont arrosés, chouchoutés, j'en ai même pris un en photo à qui on avait fait une... intraveineuse.

Dès que je la retrouve, je la mets ici.



Je n'ai pas de photos de bords de route plantés par les citoyens.
Dans les zones de thyphons, les arbres sont étayés, il faut voir avec quel zèle!
Vous serez aussi passionnés que moi par l'article de Wikipédia: link

(redif de 2009)

Repost 0
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 16:37


Après cette ballade sur la muraille, nous nous sommes réunis pour un déjeuner plantureux, pris dans un restaurant au dessus d'un immense magasin de tapis, broderies, vases, vêtements, laques, et tout un fourbi... sans clients.

.

Pour lutter contre la
pénurie de touristes étrangers, le gouvernement chinois a offert des bons de réduction aux habitants pour visiter les lieux touristiques et consommer local. Les musées, sites, restaurants, les hôtels sont donc sollicités, mais pour les achats, dans les boutiques à touristes, il y a peu de chinois, et encore moins d'Occidentaux.

Devinez ce que notre guide nous a demandé une fois montés dans le bus? Hé oui: "Touchez vos passeports, s'il vous plaît."
 

Nous avons donc quitté Beijin et ses installations des JO (le stade "nid d'oiseau" est assez joli), ses jardins où poussent des plantes assez semblables aux nôtres, ses palais, son hôtel de luxe, quitté ses alentours et la muraille de Chine. 

La conduite à la chinoise, c'est un peu comme le communisme à la chinoise. Enfin à mes yeux. On sait que les règles existent, mais pourquoi les suivre tout le temps?

Allez dans mes commentaires lire celui de Coq, c'est trucculent!

En ce qui concerne le régime politique et ses compromissions, je me garderai bien de juger, n'ayant pas toutes les cartes en main.

En ce qui concerne la circulation, j'ai tout de suite remarqué que certaines autos roulaient sans plaque d'immatriculation.J'en voyais au moins 7/jour.
L'explication que nous avons eue:
- Certains conducteurs attendent leur immatriculation et roulent avant de l'avoir.
- Certains se sont fait confisquer leur plaque par la police, suite à une infraction;ils roulent quand même, quitte à se faire de nouveau arrêter.re
- Certains se sont fait voler leurs plaques et on leur demande une rançon pour leur rendre re re . Tiens, si je me lançais dans ce trafic en France?

Ce qui me faisait rire, c'était autant les commentaires des touristes de mon car que la conduite locale. Finalement pas si effrayante que ça. La prise de risques est certaine, mais la vitesse assez modérée pour voir venir...

(redif de 2009)
Repost 0
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 12:34

 

En fait, si vous voulez mon avis, les Chinois, ce sont de grands enfants. Depuis le XVIII ème siècle avant Jésus-Christ, quand ils ne savaient pas à quoi jouer, ils te prenaient une brouette, euh non, un panier, ou leurs mains ou un truc quoi et ils partaient joyeusement faire... des pâtés. Meuh non, pas des pâtés impériaux, bande de gourmands, des pâtés de terre, de cailloux.
Ch' sais pas pourquoi.
Peut-être pour faire pousser leurs mûriers en espalier et y élever des vers à soie?.
Non? Ah bon pourquoi ils faisaient des séparations comme ça?
Pas pour faire le château de la belle au bois dormant.
Pas pour jouer à cache-cache.
Une muraille?
Tiens, maintenant que vous me le dites, oui, une muraille.
Mais au début, c'était pas pour faire un Legoland visible depuis la lune, vu qu'ils en pouvaient pas deviner que leurs futurs ennemis héréditaires, les amerloques, allaient alunir.
C'était à l'origine pour séparer les différents royaumes qui composaient la Chine et qui se faisaient la guéguerre.
Vous trouverez tout le côté historique là: Grande Muraille
Bon, ça ne me disait trop rien d'y aller sur leur dragon de caillasse, moi, les trucs de guerre, ça ne me branche pas des masses. Surtout que je voyais ça gros comme une maison qu'on nous emmènerait à l'endroit le plus accessible avec usine à bouffe à côté et magasin d'état aussi grand que le Leclerc de votre ville.
M'enfin bon dans les circuits organisés, faut faire ce qu'on nous dit de faire là et quand on nous le dit.Les citadins,ça devrait vous rappeler un slogan "pour apprendre le caniveau à nos chiens"!
Et me voilà joyeusement (un brin énervée quand même par la foule) partie avec mon mari (grand joggeur devant l'éternel) et mon p'tit sac à dos, casquette-de-touriste-moyen vissée sur le crâne, tennis de toile aux pieds, à l'assaut de ce monument. Quand je vois les énormes godillots de rando lourds comme tout que se trimballent la plupart des français ça me scie.  C'est sûrement bien pour faire de la haute montagne, mais en forêt parisienne, c'est un peu too much, non? On avait quartier libre et on est partis avec deux autres couples qui avaient l'air de monter à notre rythme et deux célib de notre groupe. Juste assez de brume pour rendre le paysage romantique à souhaits.
A Badaling, il y a deux promenades. Une facile que tout le monde fait, sur laquelle Mao et Ségolène Royal (la bravitude) se sont fait photographier... euh non pas le même jour hein bande d'ignares. Là, c'était noir de monde, enfin de Chinois.
Vous me connaissez, avec mon esprit de contradiction, j'ai pris l'autre côté (que mon mari avait déjà parcouru un an avant). Bon, il y avait quand même du monde, mais plus cool, plus communiquant. On a piqué de bons fous rires avec des chinoises qui parlaient anglais, avec des gens qui parlaient par gestes. On avait tous chaud, en montant. Les Chinois, voyant qu'on était sans guides, nous demandaient de les photographier avec nous, étaient plus cool que dans les temples, c'est normal, là ils ne venaient pas prier.
Ben on est allés ... jusqu'au bout.
Vous avez vu, avant notre départ pour la Chine, ils ont trouvé un 'tit bout supplémentaire à la muraille: 8851,8 km. Pas mal de 8 porte bonheur non?
Déjà, les environs sont chouettes. Mais en plus marcher sur ces pavés et ces marches inégales, ces pentes et ces dévers m'a fait un bien fou. Et plus on s'éloignait de la route d'accès des cars et plus c'était sympa.
Donc je redis on est allés jusqu'au bout! C'est à dire... que ça s'arrêtait à une tour de guet. J'étais vachement déçue, j'aurais bien continué qques kilomètres. J'avais un bon rythme et m'étais habituée à la chaleur, et comme je n'avais rien lu sur elle, je ne savais pas qu'elle était en tronçons comme ça, La Grande Muraille!
En descendant, je me suis assise sur le bord pour regarder des oiseaux se disputer dans un arbre. Comme je laissais pendre mes pieds côté précipice, deux ou trois personnes un peu âgées sont venues me dire en chinois de faire attention.
C'était tellement bien de rêvasser là en regardant la nature à perte de vue. Je serais bien restée toute la journée en haut.
Je vous ai dit que Marco Polo (rhô, j'avais marqué Christophe Colomb, heureusement que Flo a remarqué, vous ne suivez pas vraiment les autres, hein, vous aurez deux heures de repassage à me faire et on discute pas, non mais!) dans ses récits n'avait pas parlé de la Muraille? A l'époque où il est venu piquer les nouilles, la Chine était de part et d'autre du "muret".

Du coup, comme on n'était pas assez fatigués, quand on est revenus au point de départ, en prenant notre temps, et surtout qu'on n'avait pas envie d'aller dans les boutiques à touristes, on a enchaîné sur la partie des célébrités qu'on a grimpée un moment avant de redescendre dans l'usine à bouffe, par un sentier en contrebas de la muraille, plus sympa, avec quelques maigres bosquets ombragés.
(redif de 2009)
Repost 0
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 00:00

Ah, c'est trop beau pour être vrai! Depuis le temps que je l'attendais celui-là, je l'ai enfin!
Non, non, cette main ne veut pas dire deux... enfin si, en France, mais pas au pays de Confucius!
En Chine, on aime le chiffre 8, porte-bonheur.
A l'hôtel, on vous met au 8 ème étage, pour vous faire plaisir.
Quand vous avez un commerce, un bureau etc, vous essayez d'avoir le plus de 8 dans le numéro de téléphone.
Les gens payent pour avoir le plus de 8 sur leur plaque minéralogique.
Les Jeux Olympiques ont commencé le 08/08/2008.
Ainsi de suite.
Voyez ce lien intéressant sur les porte bonheurs chinois

(redif de 2009)

Repost 0
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 23:30

(redif de 2009)J'ai vraiment souri en lisant un passage du "Totem du loup" de Jiang Rong.

C'est l'histoire d'un étudiant de l'ethnie majoritaire Han(Chen Zhen) envoyé chez les mongols pour apprendre leur façon de vivre au milieu des loups, des moutons et des lièvres. Ce livre est très intéressant pour montrer les aberrations entre les quotas décidés par les gouvernements et la réalité sur place. Pour montrer les erreurs écologiques faites par les bureaucrates et l'écologie ancestrale des anciens des steppes.
Mais dans le passage que je vous copie il s'agit d'autre chose:
Chen Zhen décide de gracier (en douce) un louveteau pour le croiser plus tard avec une chienne. Il vient de le poser près d'une chienne qui allaitait ses petits chiots et observe avec son camarade citadin aussi (Yang Ke) l'attitude du nouveau venu affamé: le louveteau. Il a écarté les chiots pour s'accaparer la meilleure mamelle et les empêcher de surcroît de téter aux deux mamelles voisines, en posant ses pattes dessus.

"Yang Ke s'indigna:
- Quelle sauvagerie! C'est donc cela la nature du loup? Ce petit louveteau commence à peine à ouvrir les yeux qu'il manifeste déjà une violence incroyable. Il était le plus gros de la portée de sept; il devait faire de même avec ses frères et soeurs.
Chen Zhen était tout aussi intéressé, mais pensif. Il garda longtemps le silence avant de parler lentement, en continuant de réfléchir:
- Cette niche est un peu à l'image de l'histoire humaine. Lu Xun a bien dit un jour qu'il y a chez les Occidentaux un côté bestial bien plus accusé que chez les Chinois, au caractère plus docile.
Il poursuivit en pointant du doigt le louveteau puis les petits chiens:
- Regarde! Le louveteau incarne tout à fait cette nature bestiale, tandis que les chiens témoignent de cette docilité.  Les Occidentaux d'aujourd'hui descendent en majorité des Teutons, des Germains et des Anglo-Saxons,des nomades barbares qui ne sont sortis des forêts qu'après les civilisations grecque et romaine, qu'ils ont d'ailleurs passées par le fer et le feu. Les Occidentaux mangent avec un couteau et une fourchette, dévorent du boeuf saignant, consomment du fromage et du beurre. C'est pour cela qu'ils ont conservé une grande part de leur nature primitive et animale, bien plus que les peuples cultivateurs. Il n'est pas étonnant que, pendant cent ans, les Chinois aient été malmenés par eux. C'est pour la même raison qu'au cours des millénaires les Han, pourtant infiniment supérieurs en nombre, ont été battus à plate couture par d'infimes minorités nomades. Le caractère d'un homme est décisif pour son destin personnel, poursuivit Chen Zhen en caressant la tête du louveteau, de même que le caractère d'une nation est déterminant pour son propre destin. Le caractère mou des peuples cultivateurs sera fatal pour leur avenir. Les quatre grandes civilisations antiques appartenaient aux peuples agricoles; trois d'entre elles ont déjà disparu depuis longtemps! La civilisation chinoise ne doit sa survie qu''aux deux plus grands bassins fluviaux du monde, ceux du Changjiang et du Huanghe. Cette immense étendue agricole qu'est la Chine a engendré la population la plus nombreuse du monde, un gros morceau trop difficile à avaler pour les autres civilisations. Mais jusqu'à quand?"

Je ne regarderai plus jamais mon couteau et ma fourchette du même oeil!
Quant à la viande...


Repost 0
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 16:20
(redif de 2009).J'ai bien aimé aussi la visite de l'atelier de "cloisonnés", bien que nous n'ayons rien acheté, la technique m'a intéressée.

 

.
Pose des "cloisons" en laiton sur le vase en terre, après cuisson-biscuit (1ère cuisson, sans émaillage) : il faut de bons yeux pour suivre fidèlement le modèle et coller les cloisons qui sépareront les couleurs.


Polissage après remplissage des cases aux émaux en poudre diluée, comme dans mon atelier d'amateurs, sauf que là, elles travaillent toute la journée et SANS MASQUE protecteur et à mains nues. La 2ème cuisson se fait à 800°:







Salle d'exposition du magasin d'usine:





C'est bête, j'avais pris la photo du prix, mais avec le reflet de la vitrine, on ne voit rien et je ne m'en souviens pas...
Repost 0
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 10:00

(redif de 2009)

 Autre aspect de Beijin, les parcs.


Autant nous occidentaux on trouve les Chinois réservés en ce qui concerne les relations physiques hommes/femmes, surtout dans le Nord du pays, autant on les trouve décontractés pour ce qui concerne reste.

  Les personnes âgées ne sont pas parquées dans des maisons de retraite, coupées de tout, comme chez nous. Elles aiment se regrouper pour jouer aux cartes sur le trottoir, dans une cour ou autres. Dans les rues, on voit de vieux hommes se promener avec une cage pour distraire leur oiseau parleur ou chanteur. C'est courant de les voir faire leur gymnastique dans la rue, ou dans le parc du Palais d'été comme là...



Ou de voir danser les plus jeunes des danses occidentales :




Ou de voir les hommes, gras de préférence, se balader dans la rue en retroussant leurs T shirts sous les aisselles pour exhiber leur graisse.
Là je n'ai pas de photos, dommage.

Dans ce parc, j'ai aussi pu écouter un groupe bon enfant de chanteurs. Les Chinois n'ont pas de complexes. Écouter un chant patriotique dont on ne comprend aucune parole peut émouvoir. Les choeurs, c'est magique, vous ne trouvez pas?
 


Pour les Jeux Olympiques, plusieurs parcs ou jardins publics ont été équipés d'instruments de "torture" auxquels les touristes de mon groupe se sont essayés. Les agrès ne sont pas toujours utilisés à l'usage initial...
Voici une photo que mon mari a prise de Chinois en pleine action:
(bon je ne la retrouve pas, il viendra l'ajouter...)




Repost 0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 14:24

 (redif de 2009)

 Ce qui m'a séduit en Chine, ce n'est pas seulement les monuments et les paysages.


C'est aussi le comportement des chinois.



Tout au long de ces trois semaines je me suis sentie à l'aise en tant que femme.
Quelque soit l'heure du jour ou de la nuit.
Alors que ce n'est pas le cas dans des pays musulmans par exemple, ou dans certains coins de France.

Je m'attendais à ce que tout le monde nous reluque en tant qu'étrangers, dans les campagnes ou ailleurs.
En fait pas du tout.
Il paraît que pour les jeux olympiques, on a déversé des slogans à tous les chinois pour qu'ils arrêtent de cracher par terre, de dévisager les blancs ou de les importuner en leur demandant de se faire photographier avec eux.
Résultat, nous nous sommes promenés en groupe ou individuellement sans avoir l'impression d'être des bêtes curieuses. Dans notre groupe, il y avait une jeune femme très diaphane, aux yeux clairs et aux cheveux blond-roux qui avait beaucoup de succès, mais les réflexions n'étaient pas salaces . Les canons de beauté en Asie: être le plus blanche possible!

Dans certaines provinces, les commerçants nous harcelaient un peu dans la rue, mais dans d'autres pas du tout. Par contre, si nous ne faisions pas affaire, le commerçant n'était pas irrespectueux ou rancuniers, comme je l'ai vu dans d'autres pays.

Pour autant les chinois n'étaient pas indifférents, cherchant parfois à entrer en contact, quand ils voyaient qu'on était plus disponibles, nous demandant souvent d'où on venait et dès qu'ils avaient un enfant en bas âge, le contact était plus facile. Savez-vous comment on appelle la France? "Le pays de la loi". Les Chinois sont impressionnés par l'histoire de la révolution française.

Ce qui nous a tous choqués, c'est qu'à plusieurs reprises, notre guide a eu une attitude un peu "cavalière" ou "autoritaire" avec les autres touristes chinois. Par exemple, quand on a visité la colline de charbon à Beijin, il y avait peu d'ombre, une chaleur à crever et on était bien fatigués, pas encore remis du décallage horaire.
Elle voulait nous donner des explications et a carrément demandé à un groupe de chinois de nous laisser la place à l'ombre qu'ils occupaient avant nous.
Ils ont obtempéré sans discuter et avec en prime un sourire amical envers nous.

Liens intéressants, pour mieux comprendre l'évolution des mentalités chinoises: link link link

Vous imaginez la même scène au Château de Versailles?
On aurait plus de touristes et surtout ils auraient une meilleure impression des français de renommée mondiale pour leur sale caractère!

Repost 0

createrres

bonne-annee-2015.png

Merci pour votre commentaire !

Rechercher