Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 17:05

Bonjour!

Vous êtes sinophiles?
Meuh non, j'ai pas dit cinéphiles!
Ni caninophiles!
Ni siphonés!

Je voulais juste savoir si vous lisez le chinois dans le texte ?

J'attends vos traductions pour cet idéogramme que j'ai peint sur une boite en porcelaine, jeudi dernier.


Comme je suis super sympa () je vous donnerai la réponse dès demain!

J'espère que vous allez plancher toute la nuit!


Hep, hep, hep! vous qui êtes chinois ou qui avez des amis, maris, compagnons, épouses, maîtresses, compagnes, ou autres chinois, vous êtes hors jeu hein!!! Non mais! J'en vois qui tricheraient si on les laissait faire... je vous dis ma bonne dame, y a plus d'honnêtes gens sur terre!

Allez, ce matin, jeudi, je vous aide un peu!
C'est Michelle qui s'approche le plus de la réponse!
Je vais mettre dans cette boite des...
Allez, allez, un acc... mais non pas un accordéon... un acce...

On ne triche pas, on ne va pas voir dans le dictionnaire!

Repost 0
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 17:33
Repost 0
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 07:49

Comment mes masques de guerriers africains en terre rouge émaillée pourraient-ils avoir l'air cruels derrière ces branches épanouies de forsythias?

Jugez-en vous mêmes:



Repost 0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 09:16
Je vous recommande l'article de Françoise: link

Une super idée de Liza: un clic valant mieux qu'un long discours, allez voir sur son blog: link

Pour son encyclopédie du dérisoire, voici ma liste:


Kit de survie d'une potière:

- 1 rouleau magique qui étale la terre en un clin d'oeil, qu'elle soit trop dure ou molle et l'égalise sans avoir besoin de regarder. Ben oui, comme ça on peut mieux bavarder* avec les co-potières. Qui a dit qu'on est trop bavardes? Pourquoi personne ne me croit quand je dis qu'un silence religieux règne chez nous?

- 1 sifflet magique qui rameute les instruments (brosse à dents, estèque, ébauchoirs, outils de dentistes recyclés) qu'on met des plombes à retrouver dans notre fouillis. Non mais je vous assure, .ces instruments sont vicieux, à toujours se cacher, surtout en fin de séances.

- 1compas dans l'oeil, oui je sais ça peut faire mal, mais c'est bien utile pour la symétrie des pièces!

- 1 éponge qui nettoie sans qu'on y pense nos planches, outils, tables, et bien sûr à la vitesse de l'éclair, en fin de séance, pour que le cours suivant trouve tout nickel chrome.
ou, soyons plus modestes:
- 1 robinet d'eau chaude vu qu'on en a marre d'attraper des engelures l'hiver à nettoyer tout notre matos (cabine d'émaillage, compresseur, planches, rouleaux, réglettes etc) à l'eau glacée

- 1 croûteuse... haha, vous vous demandez bien ce que c'est?

- 1 génie (oui, oui, je sais, mes goûts sont modestes) qui empêche nos pièces de s'écrouler ou de sècher en craquelant ou de se briser avant/pendant la cuisson.

- 1 nuancier de couleurs d'émail avec les terres rouges, blanches, bleues etc... pour être sûrs du résultat.

- 1 mixer à soupe silencieux * qui ne tombe pas en panne pour mixer ce screugneugneu d'émail qui s'amalgame au fond des pots et qu'on a trop de mal à décoller.


- 1 compresseur silencieux * pour émailler en bavardant.

- 1 pendule qui remonte le temps quand en fin de séance on n'a pas fini ce qu'on est en train de faire et qui sera trop sec ou trop compliqué à remettre en route la semaine suivante.

- 1 bon de réduction de 50% des prix des cours de terre-céramique.

Quoi? la liste est trop longue? Pfff....................


Repost 0
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 10:41
"La lecture: une porte ouverte sur un monde enchanté". François Mauriac.

Bien avant de savoir que les arts matériels (peinture, sculpture, danse...) existaient, (quand nous étions enfants, chez mes parents, il n'y avait ni tableaux ni photos aux murs nus), j'ai été initiée aux joies de la lecture.

Depuis toujours entre les mots et moi, c'est une histoire d'amour.

Et comme toutes (ou plutôt beaucoup) les histoires d'amour, parfois il y a des ruptures.

Il m'arrive de passer plusieurs mois sans ouvrir un bouquin ou écrire.
Parce que je suis trop triste ou trop occupée ou trop fatiguée pour lire.
Parce que je suis trop déçue par le dernier livre que j'ai ouvert.
Parce que je ne suis pas arrivée à exprimer par écrit les derniers sentiments, les dernières pensées que j'ai eu envie de partager.

Ou tout simplement parce que je n'en ressens pas le besoin et que tout va bien.

Et ces plus ou moins longues périodes où je joue les analphabètes sont souvent suivies de réveils vaseux, où je culpabilise d'avoir laissé passer tout ce temps sans les mots.
Je me sens bête et je me demande par quoi recommencer.

Avez-vous des livres à me recommander?

J'ai beaucoup aimé lire les romans de
Musso ("Parce que je t'aime"), Charrière ("Papillon"), Tracy Chevalier ("La jeune fille à la perle"), le livre de Tagore ("l'offrande lyrique"), et bien d'autres qui ne me reviennent pas en mémoire tout de suite...





Repost 0
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 00:17


Je me sens comme un arbre mort, inutile et stérile.


La grande plaque sur laquelle je travaillais en poterie s'est cassée en sèchant. Je suis triste.

Ce n'est pas la première fois que j'ai de la casse, mais c'est la première fois que j'étais contente de ce que j'avais fait.

C'était une geisha de trois quarts dos, et à l'endroit du cou je l'avais sans doute trop affinée, la terre aime avoir la même épaisseur partout.

Tout était fini, il n'y avait plus qu'à la laisser sècher encore une semaine et la cuire, puis l'émailler et la recuire.
Là c'est foutu. Vous voyez la grande fente qui part de la gauche, sous le menton, sur l'épaule, elle a séparé la plaque en deux. Un morceau sans l'autre ne veut rien dire, donc que faire?

Repost 0
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 07:51
Voici le lien:link

Ou celui de Marge ou grève:link

Merci!

Repost 0
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 17:12
 Je ris d'avance à toutes les idées qui vous passent par la tête en lisant mon titre.

Déjà, artisan, c'est rare, alors artisane... est-ce que ça exite ?

Allez, on va dire que oui.

A quel métier pensez-vous?
Une potière, une peintre, une tisserande? Ou alors une femme boulangère?

Vous êtes loin du compte.

Comme je suis dans un jour de bonté, je vous aide:
elle a mis les pieds dans la poussière plus d'une fois.
Elle est partie loin à un âge où la plupart des gens ne pensent qu'à pantoufler chez eux, en attendant la proche retraite.
C'est un petit bout de femme qui n'avait pas sa langue dans sa poche.

Je pense que vous avez trouvé?

Source Wikipédia:

Honneurs:

Là, c'est sûr, vous savez que je parle d'une artisane de paix, qui a secouru des enfants partout où ses pieds fatigués la portaient.

Ecoutez ses paroles sur la vie:

 

La vie est une chance, saisis la.
La vie est beauté, admire la.
La vie est béatitude, savoure la.

La vie est un rêve, fais en une réalité.
La vie est un défi, fais lui face.
La vie est un devoir, accomplis le.
La vie est un jeu, joue le.
La vie est précieuse, prends en soin.
La vie est une richesse, conserve la.

La vie est amour, jouis en.
La vie est mystère, perce le.
La vie est promesse, remplis la.
La vie est tristesse, surmonte la.
La vie est un hymne, chante le.
La vie est un combat, accepte le.
La vie est une tragédie, prends la à bras le corps.
La vie est une aventure, ose la.
La vie est bonheur, mérite le.
La vie est la vie, défends la.

Repost 0
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 09:08
S'il y a un art pour lequel j'ai une immense admiration, c'est bien la danse. Que ce soit pour les chorégraphes à l'imagination débordante, pour  les maîtres de ballet, pour les professeurs du monde entier qui exercent dans des conditions difficiles, ou les danseurs, véritables esclaves offrant leurs corps sculpturaux au service de ce tyran de perfection: la danse.

Autour du monde, depuis des siècles, les hommes ont envie d'exprimer leur joie, leur tristesse, leurs inquiètudes, leurs rites, cérémonies, etc par la danse.

Parfois pataude dans certaines tribus primitives, ou chargée de sens et de codes comme en Inde, parfois aérienne comme un ballet d'oiseaux, parfois mécanique tel un jerk, parfois d'une sensualité torride, souvent inventive.

La danse m'émeut depuis toujours.

La danse classique en particulier demande au corps des efforts non seulement musculaires, mais aussi de souplesses, de rythme, des contorsions physiques tout à fait contraires aux attitudes naturelles.

Combien de petites filles, "rats" de l'Opéra ont souffert des heures durant en faisant leurs gammes? Combien ont rêvé de devenir danseuses étoiles ou même "seulement" faire partie du corps de ballet? Combien de parents ont tremblé en voyant leurs enfants sur scène? Que ce soit pour un gala de fin d'année dans un club de danse de quartier ou pour des compétitions nationales, voire internationales, je crois que la magie, le trac, l'enthousiasme est le même... une grâce divine. Combien de danseuses ont sacrifié leur envie d'enfanter à leur carrière ou l'inverse? Combien de femmes ont assuré les spectacles, malgré les désagréments mensuels? Combien d'élues pour cette multitude de candidates à la gloire?

Quand je vois ces danseuses au corps sculptural, quand je lis les livres qu'elles ont écrit, quand je les entends en interview, je suis complètement subjuguée par leur attitude. Très peu sont orgueilleuses, pourtant elles pourraient l'être eu égard aux prouesses qu'elles font sur scène.
Elles sont à la fois conscientes de la magie qu'elles véhiculent, de la fragilité de leur cursus car tels des funambules, elles évoluent si souvent à la limite de la rupture physique, conscientes qu'elles ne doivent pas relâcher leurs efforts, conscientes de l'éphémère de leurs carrières où l'âge mûr n'a pas sa place, conscientes de la chance qu'elles ont de travailler dans un univers où le but ultime est le beau. La beauté dans le mouvement.







Oui, ce sont des femmes de caractère, comme je les aime.

 Depuis la Goulue jusqu'à Zizi Jeanmaire, depuis Pietragala jusqu'à Claude Bessy, depuis la Duncan jusqu'à Joséphine Baker, M-A Gilot, Sylvie Guillem, Agnès Letestu , C-M Osta, Ludmila Tchenrina, la fille de votre voisine ou une illustre inconnue, j'admire les danseuses qui sculptent l'air de leurs mouvements gracieux. J'admire celles, qui, voyant leurs carrière finir à cause de l'âge, ont su se reconvertir, dans un milieu difficile.

En les regardant évoluer, on ne peut que se sentir plus légers, plus près de la spiritualité, on se sent revivre et on respire plus amplement.

Un danseur va exprimer l'élégance et la puissance, la prouesse et l'endurance, mais une danseuse (je le ressens ainsi) une danseuse incarne la grâce féminine.

Merci!




Repost 0
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 09:03
Qui peut m'expliquer?

Hier, j'étais à 82 de Blog Rank, niveau privilège.

J'ai eu autant de visites que avant hier, mais ce matin je me retrouve à 44 de blog rank.

Mystère et boule de gomme!
Repost 0

createrres

bonne-annee-2015.png

Merci pour votre commentaire !

Rechercher