Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 10:28

Me voici de retour, après presque un mois d'absence.

Mes pas m'ont menée dans le Calvados,

Deauville-plage.jpg

(sur la plage de Deauville)

la Manche,

Manche.jpg

(près de Sortosvast)

puis le Lot.

Lot-pommier.jpg

(un pommier prometteur)

Je voulais vous remercier d'avoir laissé vos "cartes de visite" en mon absence. Un réel plaisir d'aller à mon tour sur vos blogs.

Rouge-vase.png

(image créée par fifille n°1, à partir d'un de mes vases)

De nos jours, on la laisse sous forme de commentaire, souvent agrémenté d'un gravatar, sur nos blogs respectifs.

Autrefois, voici ce que nous dit wikipédia:

Un précurseur du portrait carte-de-visite[modifier]

Louis Dodéro produisit des portraits photographiques au format dit carte-de-visite avant André Adolphe Eugène Disdéri, à qui cette innovation est souvent créditée1. Dans un article de La Lumière du 24 août 1851, Frances Wey, écrivain et critique de photographie, relate comment Dodéro eut l’idée de mettre une petite photographie sur une carte de visite, ce qui permet « au lieu de son nom, [d’avoir] son portrait sur ses cartes de visite »2. Dès 1851, Dodero a également l’intuition que ce format réduit de photographie d'identité peut servir pour les documents officiels comme le passeport ou le permis de chasse3.

Mais c’est à Disdéri qu’on doit le développement commercial à grande échelle du portrait au format carte-de-visite, pour lequel il dépose un brevet en 1854.

______________________________________________________________________________________________

Plusieurs blogs parlent de ces traditions qui n'étaient pas commerciales au départ.

Un extrait:

Histoire des cartes de visite

Les cartes de visites sont le prolongement d’une tradition qui consistait à indiquer ses coordonnés ou un petit mot au dos d’une carte à jouer. C’est sous le règne de Louis XIV, le Roi Soleil, que les cartes de visites connurent un développement important en tant que cartes imprimées. Elles servaient à annoncer « solennellement et dans toute sa gloire » leur porteur. Au 18ème et 19ème siècle, une étiquette très codifiée se mit en place autour des cartes de visite sous le nom de cartes de téléphone.  Il fallait par exemple avoir obtenu toutes les cartes des dames de la maison avant de joindre ses occupants par téléphone. La table du hall de la maison devait avoir une boite de cartes avec un stylo à proximité. Alors que les hommes étaient autorisés à garder leurs cartes dans leur poche, les dames devaient les garder dans un étui. Un jeune femme pouvait avoir sa carte après avoir évolué dans la société pendant un an. En Europe, les hommes cornaient le bord de leur carte pour indiquer qu’ils avaient délivré eux même cette carte, tandis que si un serviteur faisait passer la carte, elle était délivrée sans être cornée. Une carte pliée en deux indiquait que le téléphone était ouvert pour plusieurs, ou tous les membres de la famille.

Si vous voulez poursuivre la visite, très intéressante, voici : le lien

carte-visite-2.jpg 

Repost 0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 06:04

Vous allez passer un moment inoubliable ici:

lien

chevalier des arts et des lettres

Repost 0
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 08:19

girafe-Lady-Marianne.jpg

J'ai admiré cette girafe chez Lady Marianne et elle me l'a envoyée !

Allez lui rendre visite ici de ma part, vous ne serez pas déçus du voyage !

Merci Marianne, tu es adorable !

Repost 0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 20:51

Soyez modernes,

prenez le métro ligne 1

floral.jpg

jusqu'à Château de Vincennes.

Là, bien sûr, vous vous croirez au moyen-âge, car la maréchaussée se déplace à cheval:

maréchaussée

Admirez les superbes arbres, fleurs, animaux

parc-floral-1.jpg cygnes.jpg

 

parc-floral2.jpg parcfloral3.jpg

au parc floral de Paris.

En ce moment se tient 

le salon réalités nouvelles

peinturedavril-014.jpgpeinturedavril-017.jpg

des peintures non figuratives, des scuptures en plâtre, métaux, marbre, etc

peinturedavril-015.jpgpeinturedavril-016.jpg

des sculptures comme ci-dessus mobiles et dont les lumières changent

peinturedavril-018.jpg

 

Pour tous renseignements sur les artistes exposants, allez sur leur site:

 vous trouverez un diaporama des oeuvres avec le nom des artistes.

 

J'y ai passé une après-midi zen et ... j'ai eu du soleil !

Si vous avez la chance d'y aller, il y a deux salles à visiter.

Attention, fermeture le 15 avril!

Profitez-en, c'est gratuit.

 

Article programmé.

Repost 0
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 07:28

vase que j'ai fait

J'espère vous retrouver bientôt !

 


Repost 0
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 09:22

affiche-festival-ceramique-2012-th.jpg

Ah non, vous n'allez pas dire que je ne parle que de Paris dans ce chapitre des expositions que je vais voir !

Hier j'ai été admirer le travail de beaucoup de provinciaux et de quelques parisiens.

C'est le dernier jour pour vous y rendre, allez-y !

Repérez-vous bien sur les numéros 15 rue Merlin, vous risquez de passer à côté sinon, car la salle est dans le sous sol d'un square 

 

J'ai particulièrement admiré le travail de 

-Aline Lafollie qui vient d'Arras

lien

pour ses tableaux:

lafollie_15.jpg

_________________________________________________

-Anne-Sophie Gilloen

qui mélange poésie et humour:

lien

Elle vient de Bailleul:

gilloen.JPG

________________________________________________________

- Alain Fichot

Pour ses émaux cristallisant absolument renversants !

 

link

Il vient d'Annost:

alain-fichot.jpg

__________________________________________________________

- François Debien et Catherine  Salmon

pour leur fantaisie

link

Salmon-a-la-Genevraye.jpg

Ils sont à la Genevraye.

______________________________________________________

- Isabelle Daucourt Mignon

m'a absolument bluffée par sa gamme de couleurs, un rouge de fer que je n'avais jamais vu !

isabelle-daucourt-mignon.jpg

Elle vient de la mecque des potiers: st Amand en Puisaye.

Allez voir son blog:

link

arabesque

 

 

expo-joan-serra-005.jpg

Si vous ratez cette expo gratuite, vous pourrez toujours aller voir les oeuvres de Joan Serra -ci dessus- du 4 au 28 avril, 11 rue Emile Lepeu Métro Charonne.

expoMaria-Bofill.jpg

Ou celles de Maria Bofill aussi à Accro Terre, rue Emile Lepeu.

www.accro-terre.com

arabesque

Autrement, si vous êtes parisien et que vous voulez prendre des cours:

expo-cours.jpg

 

Déplacez-vous, allez à leur rencontre. Ils en valent le coup, leurs oeuvres sont le fruit d'heures inombrables de travail et de recherches.

 

Repost 0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 09:08

institutions-republique-francaise-copie-2.gif" J'avais goûté au parfum âcre de l'insurrection sans imaginer un instant qu'elle pût troubler mon confort ni inquiéter ceux dont la charge était d'y veiller. Moi qui avais trouvé récréatif de renverser un lourd symbole, je jugeai inconvenant que, après la nuit du 4 août, l'on s'attaquât à mon château d'Epône, à mes chers privilèges, et à mon fidèle garde-chasse. Cette fois, je sortis les armes pour défendre ma propriété et intimider les villageois menés par le syndic, un jaloux. Voilàdonc où j'en étais. Le monde s'écroulait et je ne pensais qu'à sauver mes bibelots, mes tableaux et mes chevaux. J'étais chaque jour partagé entre le désir de participer au soulèvbememnt populaire et le souci de préserver ma fortune. 

J'eusse longtemps vécu dans cette contradiction, qui illustre bien ma nature, si le maréchal de Contades et ma mère, horrifiés par ce que la rumeur rapportait de mes actions scélérates mais aussi de la fierté que j'en tirais, ne m'avaient ordonné de partir pur la Suisse en me menaçant, si je n'obtempérais point, de me couper les vivres et de me déshériter. Je voulais bien me brouiller avec ma famille, mais je ne comptais pas me passer de son argent. Je profitai alors de ce que le Parlement fût décrété en vacances pour quitter la Révolution sns regrets et Paris sans rougir. 

Etrangement l'exil me fortifia."

Ces extraits sont tirés du livre de Jérôme Garcin "C'était tous les jours tempête". Il raconte l'histoire de Hérault de Séchelles, enfermé en prison après la Révolution Française. Ceux qui font les réformes, quelque soit l'époque ou le pays, ne cherchent bien souvent qu'à servir leurs propres intérêts, mais leur charisme et leur faconde nous abuse.

Avant d'aller glisser votre bulletin dans l'urne, êtes-vous sûr que les convictions affichées de votre candidat (et de son équipe) seront appliquées avec justice ?


Repost 0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 07:15

Il paraît que les filles 

trouvent que de nos jours

les hommes ne savent plus draguer.

Elles ne semblent pas vouloir l'égalité et n'osent pas faire le premier pas.

Je suis un peu d'accord avec elles.

Certains hommes savent draguer:

ils se parent de leurs plus beaux atours et font la roue devant l'objet de leur amour 

comme lui:

Bagatellejuin-017.jpg

Bagatellejuin-013.jpg

D'autres s'y prennent comme des manches 

pour plaire, 

ils attendent simplement

que les choses arrivent.

Ils ne s'apprêtent même pas :

belier-printemps.jpg

Bon allez, aidez moi à le convaincre de s'acheter un peigne pour aller draguer !

Bon, allez, soyons sérieux.

Vous avez pensé à régler vos horloges sur l'heure d'été ?

On avance d'une heure parce qu'on va être en avril.

Vive les longs jours !

 

Article programmé

Repost 0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 08:40

fleurpivoineune Les journalistes sont quand même assez bizarres, vous ne trouvez pas?



C'est parfois à se demander s'ils savent parler français.

Je ne vous parle pas seulement de leurs fautes de syntaxe, de vocabulaire, de liaison, etc (les huitszathlètes, aller sur Paris au lieu d'aller à Paris, etc...) mais du contenu de leurs péroraisons.

Dès qu'on connaît le sujet dont ils parlent, on se rend compte qu'ils disent des inepties.

Pourtant ils ont des prompteurs, ce n'est pas une erreur de mémoire, ou un langage parlé où nous faisons tous de fautes d'inattention.

Hier avec Terrien on a ri. 

soleilforthysias Dans le même journal télévisé, le présentateur (je refuse de les appeler journalistes) a été capable de nous faire jouer la fibre émotive en montrant un agriculteur français se désolant de la sécheresse (ça c'est vrai), puis avec des trémolos dans la voix un groupe d'enfants africains allant loin chercher de l'eau (de plus en plus rare), et en fin de journal annoncer la mauvaise nouvelle du jour: il va pleuvoir !

 

 

bbjournal

 


Pour moi, un journaliste digne de ce nom devrait faire un travail d'enquêteur, livrer les informations avec le plus de sérieux possible, sans parti pris et ne pas vendre, comme du dentifrice leurs soit disant "scoops".

 

Camille

 

Je me contenterai de vous dire pour demain: 

VIVE LE PRINTEMPS 

Avec sa cohorte de jours ensoleillés pour se promener et faire germer les graines, de jours de pluie pour nourrir la terre et laver les villes, de frais et de chaud, le printemps quoi !

Arrêtons de nous comporter en enfants gâtés.

Vive la vie avec ses hauts et ses bas.

 

link


Repost 0
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 10:25

Ce défi du bachot  chez Anne-Lise  link reprend le jeu traditonnel

Avec la 

 signature_1.gif

en début de mot trouver

-un prénom

-une ville

-un pays

- une verbe

-un adjectif

*******

le truc en plus?

Il faut que chaque mot ait 2 fois la lettre U dans sa composition

Ne me "volez" pas TOULOUSE!!!

(ah! zut ça ne commence pas par U)

 

je vous laisse la liberté de faire un texte (ou non) avec les mots que vous avez trouvé

Mes mots:

 

Ursule

Uxeau

Uruguay

Ululer

Utopique

 

Mon texte:

 

 


Urbain, jeune ouvrier agricole dans la commune d'Uxeau, en Saône et Loire, avait dû changer de vie le jour où sa main se trouva prise dans la courroie de la moissonneuse batteuse.

Lors de son hospitalisation, il fit la connaissance d'une infirmière passionnée de lecture qui lui donna le virus de la belle langue française.

Comme vous le devinez, ils eurent le coup de foudre. Lui pour sa joie de vivre et sa compassion, elle pour son corps d'athlète (malgré l'amputation) et sa fraîcheur d'esprit. Leur jeunesse, l'alchimie et leur soif de bâtir quelque chose à deux fit le reste.

Urbain quitta donc sa commune de 500 habitants pour s'installer avec Isabelle à Monceau les Mines, au grand dam de ses parents qui voyaient ce mariage précipité d'un œil méfiant.

Isabelle, sous ses dehors de follette toujours prête à amuser la galerie, savait, de par son métier, beaucoup de choses sur la nature humaine. Elle savait par exemple qu'il aurait été utopique de croire Urbain capable de vivre aux crochets de la société, de sa maigre pension d'invalidité ou de travail protégé. Dès qu'elle quittait son travail, ils partaient marcher dans la campagne, ils rencontraient des agriculteurs de l'ancienne génération, ils participaient à des fêtes villageoises. Parfois, quand ils rentraient, ils entendaient une chouette ululer et riaient en imaginant ce qu'elle disait.

 Parallèlement Urbain, sachant que c'était un des atouts qui plaisait à sa dulcinée, continuait à entretenir sa musculature.

Urbain, durant les heures passées à attendre sa dulcinée, se mit à écrire. Il ne tapait que d'une main, sur un ordinateur assez vétuste, mais nanti d'un correcteur d'orthographe. Cette activité lui plut tout de suite, et aidé par sa belle-mère, il réussit à ficeler sa première histoire. Assez originale par sa forme, très documentée sur le fond, elle narrait la vie usuelle autrefois dans les campagnes.

Curieusement, ce bouquin eut beaucoup de succès. La mode était à l'écologie.

Fort de son succès, Urbain continua sur la voie tracée et le deuxième livre, un roman policier dont les personnages étaient assez fouillés, se passant dans le Charolais, eut encore plus de succès.

Il parut le jour de la naissance de leur premier enfant, Ursule.

Cette petite fille robuste et décidée eut quelques problèmes d'intégration scolaire, peut-être était-elle trop choyée par ses parents. Elle était un peu crainte car la castagne ne lui faisait pas peur. Un jour, une famille d'Uruguayens débarqua dans le quartier. C'étaient les seuls immigrés et leur fils se fit un peu malmener dans la cour de récréation, jusqu'à ce qu'Ursule le prenne sous son aile protectrice.

Les deux familles se lièrent d'amitié, ce qui donna encore plus d'inspiration à Urbain pour ses livres et ils partirent s'installer en Uruguay, où Isabelle, grâce à sa profession internationale trouva du travail dès qu'elle eut fini de perfectionner sa pratique de la langue. Urbain mit plus longtemps à se faire admettre dans ce pays, en tant qu'écrivain, mais la mentalité des gens lui plaisait. Il se mit en parallèle de son métier d'écrivain à élever des poules de concours de toute beauté.

images.jpg

 

Repost 0

createrres

bonne-annee-2015.png

Merci pour votre commentaire !

Rechercher